Toutes les actus
20/06/2022 | Contenu Fox Asso

L’association solidaire Do un Dert prépare son festival

Avant le festival, début juillet à Munster, l’association Do un Dert se multiplie pour aider, servir, les autres.

Dans ce monde tourmenté qui est le nôtre, il existe une race d’irréductibles combattantes de la paix, de l’entraide, du secours et de l’amour. Les dames de l’association Do un Dert, « ici et là » traduit du dialecte alsacien. Au service de l’autre, d’où qu’il vienne, en guise de credo.

Actions tous azimuts résolument tournées vers les personnes en difficulté, fragilisées, en déficit, à la fois d’intégration, de repères, de contacts humains, de logement ou de travail. Des hommes, des femmes et des enfants qui ont besoin, qui ont envie de partager, de découvrir.
 Avant la crise du Covid, les parcs Hartmann et Saint-Léger avaient accueilli des manifestations d’une énorme richesse solidaire. Cette année à nouveau, Pascal Gewinner et son équipe se multiplient. Atelier chants et vannerie, plantations au jardin,, atelier cuisine solidaire avec, en point d’orgue, le festival du 5 au 7 juillet.

« Le festival doit être l’aboutissement de liens créés tout au long de l’année : ateliers cuisine avec les femmes du CADA et de Caritas, création d’un jardin au CADA avec une classe du collège, spectacle et projet de chants du monde avec l’école de Munster, atelier vannerie avec les enfants du Cada et de Caritas ainsi que les personnes âgées du Petit Manoir… Petit à petit l’association reprend des couleurs, avec de nouveaux membres qui apportent leur énergie et leur savoir-faire », explique la présidente.

 

Rencontre, langues, culture

Le festival aura lieu du 5 au 7 juillet prochains, sur le thème Quand nos langues et nos cultures se rencontrent, de jardins en cuisines. Un véritable voyage initiatique, magnifiant la culture plutôt que la violence, l’art davantage que les affrontements dans la rue, l’équipe, le collectif et non l’esprit individualiste. Un peu comme dans ces camps de réfugiés palestiniens, où les animateurs réunissent les jeunes des ghettos autour de projets théâtre, chant, sport, pour leur éviter d’aller se « faire tuer » pour la cause.

Programme prometteur en perspective, avec mardi 5 juillet, un spectacle à l’espace culturel Saint-Grégoire avec Boubacar N’dyaye, griot sénégalais, Voyage sans visa  ; le mercredi 6 , un spectacle à la médiathèque de Munster, De bouches à oreilles  ; le jeudi 7 , grande journée d’Arts partagés dans le cadre des jeudis du Parc Hartmann.

Un menu des plus savoureux, servi, offert, sans modération. Juste pour contribuer à rendre notre monde un peu plus humain.