Toutes les actus
9/05/2022 | Contenu Fox Asso

Graines de parents, une association thouarsaise pour une communication bienveillante

​L’association Graines de parents créée il y a maintenant trois ans en Thouarsais propose des ateliers aux parents pour utiliser les bons mots lorsqu’ils s’adressent à leurs enfants.

Elever un enfant n’est pas toujours une mince affaire. Parfois, même, faute de compréhension réciproque, les relations se brouillent, et les parents se trouvent alors bien démunis.
Mais il existe des solutions, et Anne-Cécile Boulière, présidente de l’association Graines de parents depuis sa création, en 2019, se propose d’apporter des clés de compréhension et de nouveaux éléments de langage pour recréer ce lien.

Régulièrement, elle organise des sessions de sept ateliers avec des parents, des enseignants, des Atsem, et tout un panel de professionnels de la petite enfance pour développer la communication bienveillante. « Je me base sur un livre publié pour la première fois en 1980 mais qui a traversé le temps, d’Adele Faber et Elaine Mazlish. J’ai choisi cette approche car elle est très accessible », explique cette enseignante du Thouarsais.

« De nouvelles habiletés de communication »
Lorsqu’elle réunit dix personnes volontaires, elle lance alors un cycle de sept ateliers thématiques de deux heures à son domicile, chacun étant espacés de deux semaines, « pour laisser le temps d’expérimenter ». Jusque-là, elle a lancé « sept ou huit sessions, je ne sais plus précisément », s’amuse-t-elle. Soit entre 70 et 80 personnes déjà sensibilisées et qui acquièrent « de nouvelles habiletés de communication », permettant de mieux prendre la mesure des mots et postures à utiliser ou à éviter pour un échange bienveillant et empathique.

La participation à un cycle est payante : 50 € par personne. Une somme qui ne lui revient pas à elle, car cette activité est bénévole. « Cet argent me permet deux choses : d’acheter des livres que je mets à disposition dans une bibliothèque parentale, et de faire de mon côté de nouvelles formations », précise Anne-Cécile Boulière.

Ces ateliers sont l’occasion d’échanges des problématiques, entre les participants, et avec l’animatrice. « Les parents démunis peuvent alors se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls. D’autre part, chacun prend ce qui lui convient dans ce qui est dit. Mais une chose est primordiale : il faut pratiquer, car sinon, tout s’oublie très vite. » C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle propose également à l’occasion des soirées Café des parents, toujours à son domicile. Une opportunité « de remettre à jour ses connaissances ».

Anne-Cécile Boulière peut également intervenir auprès de professionnels ou d’associations. Elle a par exemple proposé des ateliers auprès d’une maison d’assistantes maternelles ou des éducateurs sportifs d’un club de football.