Archives pour la catégorie Contenu Fox Asso

Contenu par les utilisateurs de Fox Asso.

Gourdan-Polignan. L’association arts et créations va bon train depuis 33 ans

Tous les lundis de 14 heures à 18 heures, les membres de l’association de couture « arts et créations » se réunissent et occupent la salle polyvalente de Gourdan-Polignan pour passer un moment convivial à œuvrer sur un morceau de tissu. Chaque couturière amène son travail mais aussi ses idées et sa compétence, et la journée se déroule tranquillement dans une ambiance très détendue. L’association peut s’enorgueillir d’être toujours présente depuis 33 ans d’existence grâce à sa présidente Michèle Antiphon, et sa fidèle amie Annie Tajan qui la suit depuis le début. L’ambiance est chaleureuse avec les aiguillent qui cliquettent, telle une ruche, ainsi que le bruit régulier de la machine qui retentit dans la salle. Michèle déclare « sur les 25 adhérentes que nous sommes, 16 à 18 sont vraiment assidues. On rigole, on plaisante, mais on avance aussi sur l’ouvrage entamé, chacune amène ses travaux, pas de thème imposé. L’idée c’est d’être ensemble, nous brodons, cousons, tricotons, on invente, on échange toujours dans la bonne humeur. « Cela évite l’isolement, le groupe crée l’émulation, on peut apprendre les unes des autres… On ne peut rêver mieux, la salle est spacieuse et baigne dans la lumière, de plus nous avons de grandes tables » déclare la présidente Michèle Antiphon.

Les rendez-vous de l’association Tang’Azur

Créée en 2001 et installée dans le studio de danse du gymnase Beugnot à Mauguio depuis 2009, l’association Tang’Azur, présidée par Joëlle Ferret, séduit une cinquantaine de danseurs chaque année. « Nous avons également quelques non-adhérents de passage qui apprécient le lieu, la convivialité et l’ambiance amicale », souligne la présidente, qui a préparé plusieurs rendez-vous pour les prochaines semaines.

« Le samedi 11 février en soirée, nous aurons un événement spécial à l’espace Morastel, « Time to tango néo ». Il n’intéresse bien sûr que les tangueros mais nous proposerons des initiations dans l’après-midi au studio Beugnot pour permettre la découverte de cette danse », dit Joëlle Ferret.

Par ailleurs, le 13 mai, l’association Tang’Azur devrait organiser, comme tous les ans, une milonga (bal de tango argentin), sous la halle des anciens lavoirs de Mauguio. Puis, aux mois de juin et de juillet, les pratiques du samedi sous la halle des anciens lavoirs seront reconduites.

« Nous avons rencontré le maire Yvon Bourrel car nous réfléchissons également à l’idée de proposer un bal devant la mairie. Aujourd’hui, rien n’est fait », explique la présidente. À la tête de l’association Tang’Azur, Joëlle Ferret est bien décidée à faire connaître et à développer sa discipline favorite.

Bagnères-de-Luchon. 2022, année prolifique pour l’association de golf

L’association sportive du golf de Luchon, souhaitant adresser ses vœux, nous prie d’insérer : « En ce début d’année 2023, l’Association sportive du golf de Luchon, est heureuse de vous présenter ses meilleurs vœux. Une « compétition de Noël » a marqué la fin de la saison 2022 dans une ambiance golfique fort sympathique. Pour mémoire, l’association sportive existe depuis le 28 mars 1968. En 2022 nous avons enregistré 204 membres et 327 licences, un record par rapport aux années précédentes. L’association gère aussi l’école de golf avec une vingtaine d’enfants et pour cela rémunère un professeur de golf.

De mai à décembre nous avons organisé 30 compétitions avec le soutien de sponsors fidèles mais aussi de nouveaux partenaires que nous remercions ici.

Nous souhaitons donc poursuivre dans ce même esprit et proposer à tous les passionnés de la petite balle – membres Luchonnais, visiteurs d’Occitanie et d’ailleurs, amis golfeurs espagnols – de participer à de belles compétitions et profiter ainsi de ce magnifique parcours que nous aimons tous. »

Woodalpine : une association grenobloise qui réinsère les jeunes grâce au travail du bois

Vous êtes le directeur de Woodalpine. Pouvez-vous nous présenter votre association ?
L’objectif de Woodalpine, c’est de proposer une expérience humaine et professionnelle d’insertion pour des jeunes éloignés de l’emploi. Et cela passe par le travail du bois. On recrute des jeunes qui n’ont pas de travail, qui cherchent à apprendre la menuiserie. On les forme à fabriquer des petits cadeaux en bois et ensuite ils produisent dans notre atelier grenoblois. Ensuite, nous vendons nos produits dans une boutique que nous venons d’ouvrir, rue Pierre Duclot, dans le centre ville. On les trouve également sur Internet, sur notre site : wooddalpine.fr
Que produisez-vous ?
On a trois produits phares. Le premier, c’est une grande planche à découper que l’on grave au laser. L’avantage de Woodalpine, c’est que l’on peut graver tous nos produits à la demande. On grave des montagnes, les bulles de la Bastille, on grave également des logos d’entreprise. C’est comme ça qu’on se différencie des autres. On propose aussi un décapsuleur sur une planche de bois que l’on peut accrocher au mur. On fait aussi une horloge en bois et d’autres objets sur mesure pour les particuliers ou les entreprises.
Et ça marche bien?
Oui, cela commence à bien marcher. On a fait un très bon Noël et 2023 se présente bien. Pour le prix public, on est en moyenne entre 15 et 40 €. C’est un petit cadeau sympa qui a un côté social. C’est moins cher pour les commandes des entreprises, car elles commandent des lots. En moyenne par mois, on produit 250 pièces. Mais pour les fêtes, on était monté à 400.
Vous êtes très jeune, vous avez 21 ans, mais comment vous avez eu envie de vous lancer dans cette aventure?
J’ai toujours eu envie de me lancer dans l’entrepreneuriat et dans le social. Durant le premier confinement, en mars 2020, je me suis engagé dans une association, Magdalena, qui faisait des distributions alimentaires, à Grenoble et des jeunes sont venus me voir. Ils m’ont dit, Antoine, on cherche un travail, est-ce que tu peux nous aider? Et c’est de là que j’ai eu la motivation d’entreprendre. On a fait une campagne de crowdfunding. On a récolté 16 000 € qui nous ont permis d’acheter du matériel pour l’atelier de production. Pour l’instant, on a deux jeunes en insertion et qui vont très bientôt finir leur contrat. On a l’ambition d’en réembaucher au moins deux autres, dans les prochains mois pour qu’ils puissent apprendre la menuiserie et trouver un travail plus tard. On restera en contact avec eux, on a créé des liens.
Le but du jeu, c’est aussi de les réinsérer, en leur donnant les codes de l’entreprise et du monde du travail ?
Tout à fait. On leur apprend le savoir-faire, la menuiserie. Mais le plus important, c’est le savoir-être. Par exemple la ponctualité, la politesse, la productivité aussi. Woodalpine a été créée par des jeunes, pour des jeunes. Et donc on leur apprend à avoir ce savoir-être, ce savoir-faire, mais dans une ambiance sympa.
Et donc, à terme, vous voudriez devenir un chantier d’insertion?
Oui ! Pour l’instant, on est une association loi 1901, le statut juridique classique d’une asso. Et l’objectif, c’est de passer en atelier chantier d’insertion, ce qu’on appelle un ACI. Cela nous permettra d’embaucher plus d’encadrants techniques pour bien former nos jeunes et également d’embaucher plus de jeunes.

Plounéour-Ménez. L’association Tabula Rasa relance ses événements

 

Les membres de l’association Tabula Rasa étaient réunis, samedi, en assemblée générale à la salle foyer. L’association organise chaque année des événements festifs gratuits dans les villages et au centre-bourg.

 

Le président Nicolas Bruneau précise :  Après la période du Covid, il a fallu relancer l’association. L’organisation d’événements demande une mobilisation des bénévoles et beaucoup d’énergie.Le bilan financier sur l’année est négatif de 578 €, mais l’association a 4 000 € en compte, ce qui lui permet d’organiser sereinement des événements durant l’année à venir.  Une demande de subvention sera déposée, cette année, auprès de la mairie, ce qui n’a pas été le cas depuis trois ans. L’association a, d’ores et déjà, reconduit les événements de cette année : un ciné hangar organisé à la salle des fêtes, un nouveau tournoi de street golf et un événement pour la Fête de la musique.