Toutes les actus
9/12/2021 | Contenu Fox Asso

Perpignan : l’Atelier d’urbanisme sera Maison de projet pour les rénovations dans les quartiers

L’association, créée il y a près de 30 ans, se veut un lieu d’échange et de concertation citoyenne pour tout ce qui concerne l’aménagement urbain. La structure vient d’élire sa nouvelle présidente, Martine Leccia, et travaillera sur les projets en jeu à Saint-Jacques, au Champ de Mars et à la Diagonale du Vernet.

 

Dans le cadre de la politique de rénovation urbaine, l’Atelier d’urbanisme a été mandaté pour travailler sur le devenir des quartiers prioritaires de la politique de la ville que sont Saint-Jacques, le Champ de Mars et la Diagonale du Vernet. L’association, qui regroupe en son sein des passionnés d’architecture et d’urbanisme, sera donc la Maison du projet.

À la demande de l’association économique du Polygone (AEP), la structure a également étudié des aménagements pouvant fluidifier la circulation dans le secteur notamment de l’avenue du Languedoc. « Des solutions, il y en a, et on en a trouvé, confie un bénévole mais professionnel des voies et réseaux divers. On laissera la primeur des annonces aux responsables économiques qui nous ont sollicités ».

Aménageurs, paysagistes, architectes, associations citoyennes autour de la table

Si aujourd’hui la concertation est entrée dans les mœurs pour tout ce qui concerne les aménagements de la ville, quand Jean-Paul Alduy mettait en route l’Atelier d’urbanisme, la chose était encore très innovante. « Nous sommes un lieu de rencontre entre les professionnels de l’aménagement, les politiques et aussi les habitants de la ville, explique Martine Leccia, la nouvelle présidente de l’association. Nous sommes tous des bénévoles, nous regroupons des professionnels comme des aménageurs, des paysagistes, des architectes, mais aussi des associations diverses et des citoyens plus ou moins engagés dans les quartiers. Notre rôle est de monter des dossiers, en général à la demande de la collectivité, pour identifier les envies et les besoins des habitants au sujet de leur cadre de vie. Une fois les dossiers ficelés, ils sont transmis aux politiques, qui ensuite peuvent prendre des décisions éclairées ».

À l’actif de l’Atelier, par exemple, des études sur l’aménagement de la place de Belgique, de la Basse, de l’avenue Torcatis. « Là, confie la présidente, ce que nous avions proposé a été retenu à 90 % ». La structure s’est aussi penchée sur l’avenue Joffre, avec au final moins d’idées retenues, ou encore sur l’aménagement des anciens abattoirs, pistes qui ont été retoquées par la municipalité. « Notre action, assure Patrick Baudu l’ancien président, est de faire des propositions argumentées et qui correspondent aux désirs des riverains. Après ce sont les professionnels qui décident. Nous n’avons plus la main ».